• mercredi , 23 août 2017

5 films d’horreur inspirés de faits réels

Vous aimez les films d’horreur et encore plus quand la mention « inspiré de faits réels » apparaît ? Je vous  propose une liste de 5 films d’horreur inspirés de faits réel, bon visionnage !

L’exorcisme d’Emily Rose

Le synopsis

Lorsque Emily Rose quitte sa province, c’est pour aller étudier à l’université. Une nuit, seule dans sa chambre d’étudiante, elle est la proie d’hallucinations et d’une rencontre surnaturelle qui la laissera épouvantée. Convaincue qu’elle est harcelée par les forces démoniaques, Emily sombre peu à peu, victime de symptômes de plus en plus spectaculaires. Perdue et terrifiée, Emily demande au prêtre de sa paroisse, le père Richard Moore, de l’exorciser…

Au terme du combat contre sa possession, la jeune fille trouve la mort. Accusé d’homicide par imprudence, le père Moore se retrouve au coeur d’un procès qui va ébranler les convictions de tous. Défendu par Erin Bruner, une célèbre avocate qui ne croit pas au surnaturel, Moore n’a plus l’ambition d’être innocenté, il veut simplement que tout le monde sache ce qui est réellement arrivé à Emily…

L’histoire vraie : Anneliese Michel 1952-1976

anneliese_michelCe film est inspiré de l’histoire tragique d’une jeune allemande : Anneliese Michel. Anneliese née en 1952 au sein d’une famille très pratiquante.

C’est en 1968 que les problèmes commencent… Anneliese est victime de violentes convulsions qui deviennent de plus en plus fréquentes. Lors de ces crises la jeune femme perdait la voix et se trouvait incapable d’appeler à l’aide. L’année suivante un neurologue de la clinique psychiatrique de Würzburg la diagnostique épileptique, elle fut donc internée afin de recevoir un traitement adéquat. Malheureusement tous les traitements qu’elle a reçu n’eurent aucun effet, Anneliese s’enfonça peu à peu dans la dépression.

Lors de ses prières quotidiennes elle voyait des visages démoniaques et entendait des voix. Anneliese en parla aux médecins sans qu’aucun ne parvienne à la soulager. Elle resta internée pendant 1 an sans aucune amélioration de son état. Ses crises devenaient de plus en plus fréquentes et violentes.  Anneliese demanda à différents prêtres de l’exorciser mais comme elle ne présentait pas de signes de possession (comprendre une langue étrangère sans l’avoir étudiée auparavant, deviner des choses cachées ou secrètes, avoir une force décuplée etc.) les prêtres rejetèrent la demande en pensant qu’il serait préférable qu’elle poursuive son traitement.

annelieseEn 1974, le prêtre local : Le père Renz reconnu, au vu de l’état de santé d’Anneliese, qu’il était nécessaire de pratiquer un exorcisme. Les traitements médicaux furent complètements abandonnés au profit de plusieurs séances d’exorcismes. Durant les rituels Anneliese s’exprimait avec différentes voix de démons. Les séances se prolongèrent durant toute l’année 1975. En juin 1976, 1 mois avant sa mort, le comportement de la jeune femme devint plus inquiétant : Elle mangeait des insectes (araignées, mouches…), hurlait sans interruption, brisait des crucifix, s’auto-mutilait et urinait sur le sol qu’elle léchait ensuite…

Elle refusait également de s’alimenter afin, selon elle, d’éloigner l’influence de Satan. Elle mourut le 1er juillet 1976 très amaigrie et souffrant d’une pneumonie.

Un rapport d’autopsie confirma que sa mort été dû à une sévère malnutrition et déshydratation endurée pendant 11 mois d’exorcisme.

La mère d’Anneliese déclara plus tard que depuis la disparition d’Anneliese sa maison semblait hantée et que des évènements étranges s’y produisaient. En 2013 un incendie détruisit la maison, celui-ci fût qualifié de criminel selon la police.

Zodiac

Le synopsis

Zodiac, l’insaisissable tueur en série qui sévit à la fin des années 60 et répandit la terreur dans la région de San Francisco, fut le Jack l’Eventreur de l’Amérique. Prodigue en messages cryptés, il semait les indices comme autant de cailloux blancs, et prenait un malin plaisir à narguer la presse et la police. Il s’attribua une trentaine d’assassinats, mais fit bien d’autres dégâts collatéraux parmi ceux qui le traquèrent en vain.

Robert Graysmith, jeune et timide dessinateur de presse, n’avait ni l’expérience ni les relations de son brillant collègue Paul Avery, spécialiste des affaires criminelles au San Francisco Chronicle. Extérieur à l’enquête, il n’avait pas accès aux données et témoignages dont disposait le charismatique Inspecteur David Toschi et son méticuleux partenaire, l’Inspecteur William Armstrong. Le Zodiac n’en deviendrait pas moins l’affaire de sa vie, à laquelle il consacrerait dix ans d’efforts et deux ouvrages d’une vertigineuse précision…

L’histoire vraie : Zodiac

Le tueur du Zodiaque a inspiré de nombreux films et livres. Il s’agit d’un tueur en série non identifié qui aurait commis entre 37 et 200 meurtres entre 1966 et 1978. Ce nombre reste encore incertain mais on lui attribue 5 meurtres 2 tentatives et un enlèvement dans le nord de la Californie entre 1968 et 1969.

Les victimes connues du Zodiac étaient pour la plupart des jeunes couples qui se trouvaient dans une voiture à l’arrêt dans un endroit retiré (parking, lac), abattues par arme à feu. Dans une autre affaire il ligota un couple, discuta longuement avec eux puis les poignarda froidement (la jeune fille décéda, son ami survécut et put raconter la scène).

portiere-voiture-affaire-zodiacIl prenait un malin plaisir à envoyer de nombreux courriers provocateurs aux journaux de San Francisco. Son surnom « Zodiac » provient de ses nombreuses lettres envoyées à la presse incluant 4 cryptogrammes dont 3 non élucidés à ce jour. Le tueur signe ses lettres d’un symbole pouvant représenter une croix celtique ou la mire de visée d’un fusil. Ce symbole a également été gravé sur la portière de la voiture d’une de ses victimes.

 

Plusieurs suspects ont été interpellés mais l’identité du Zodiac n’a encore jamais été découverte.

 

Annabelle

Le synopsis

John Form est certain d’avoir déniché le cadeau de ses rêves pour sa femme Mia, qui attend un enfant. Il s’agit d’une poupée ancienne, très rare, habillée dans une robe de mariée d’un blanc immaculé. Mais Mia, d’abord ravie par son cadeau, va vite déchanter.
Une nuit, les membres d’une secte satanique s’introduisent dans leur maison et agressent sauvagement le couple, paniqué. Et ils ne se contentent pas de faire couler le sang et de semer la terreur – ils donnent vie à une créature monstrueuse, pire encore que leurs sinistres méfaits, permettant aux âmes damnées de revenir sur Terre : Annabelle…

L’histoire vraie : Annabelle

Pour en savoir plus sur l’histoire vraie de la poupée Anabelle et sur Ed et Lorraine Warren chargé de l’affaire cliquez sur l’image ci-dessous (allez n’ayez pas peur ça va bien se passer…)

annabelle-dossiers-warren

La colline a des yeux

Le synopsis


Pour fêter leur anniversaire de mariage, Big Bob Carter, un ancien policier de Cleveland, et sa femme Ethel ont demandé à leur famille de partir avec eux en Californie. Big Bob est sûr que faire la route tous ensemble les aidera à resserrer des liens familiaux un peu distendus.
Même si tout le monde vient, personne n’est vraiment ravi d’être là. Lynn, la fille aînée, s’inquiète du confort de son bébé. Son mari, Doug, redoute de passer trop de temps près de son beau-père. La jeune Brenda regrette de ne pas être allée faire la fête à Cancun avec ses amis. Et Bobby ne s’intéresse qu’aux deux chiens de la famille.

Une route désertique va conduire les Carter vers le pire des cauchemars…

 

L’histoire vraie : Sawney Bean

La colline a des yeux s’inspire d’une histoire vraie, celle d’Alexandre Swaney Bean. Durant sa jeunesse, Swaney Bean tenta de suivre les traces de son père cantonnier mais étant enclin à la paresse et la malhonnêteté il abandonna rapidement. Après avoir quitté ses parents il épousa une femme ayant les mêmes penchants que les siens et s’enfuirent ensemble.

Le couple n’avait aucune source de revenus. Ils s’installèrent donc dans une grotte isolée dans la région de Galloway en Ecosse. Cette grotte faisait plus de 200 mètres de profondeur et on ne pouvait y pénétrer que pendant les heures de marée basse. Swaney Bean et sa femme allait s’y réfugier durant 25 ans et eurent 8 fils, 6 filles, 18 petits-fils et 14 petites-filles dont beaucoup étaient le fruit de l’inceste. Le couple les éleva sans aucune humanité.

sawney_bean

Illustration de Sawney Bean et une femme portant une jambe démembrée

Pour survivre, cette tribu tendaient des embuscades aux voyageurs seuls ou en petits groupes. Ils les assassinaient pour dérober leurs biens, mais pas seulement. Les corps des malheureux étaient ensuite ramenés jusqu’à la grotte pour être démembré puis mangé. Une fois terminé ils jetaient le surplus à la mer. Des restes d’os ou des morceaux de corps décomposés venaient s’échouer sur les plages voisines où ils étaient retrouvés par les villageois qui ignoraient leurs provenance. Ceci durera pendant 25 ans jusqu’au jour où les membres de la famille Bean tombèrent sur un adversaire qu’ils avaient sous-estimé. Un couple à cheval revenant d’une foire fut pris dans une embuscade mais l’homme était munis d’un pistolet et d’une épée, il les tenait à distance mais la tribu réussit cependant à mutiler sa femme qui tomba du cheval. Une fois à terre les femmes se jetèrent sur elle pour lui trancher la gorge, boire son sang et lui extirper ses entrailles. Horrifié, l’homme continuaient à se battre furieusement quand une trentaine de personnes qui revenaient de la même foire lui portèrent secours. Swaney Bean et sa famille s’enfuirent dans la forêt.

Tenu au courant de l’affaire, le roi James IV dépêcha près de 400 hommes afin de retrouver les agresseurs. Avec l’aide de leurs chiens les hommes trouvèrent la grotte dissimulée où se cachait la monstrueuse famille. Dans cette tanière un effroyable tableau s’offrit à eux : Des corps décomposés d’hommes, de femmes et d’enfants pendaient au plafond, des membres marinaient dans des tonneaux et des objets de valeur, or, pistolets, lainages s’entassaient.

Sawney et sa famille

Sawney et sa famille

La famille Bean fut aussitôt capturée et emmenée à Edimbourg pour y être exécuté sans être jugée. Les hommes eurent les organes génitaux sectionnés ainsi que leurs mains et pieds puis on les laissa se vider de leur sang. Les femmes et enfants durent assister à la scène puis furent ensuite brûlés vifs…

Mythe ou réalité ?  Durant cette période l’Ecosse connait une période de famine et beaucoup de cas de cannibalisme furent avérés. Cette période inspira de nombreuses histoires identiques à celle de Sawney. A ce jour aucun document ne permet d’indiquer si l’histoire de la famille Sawney a réellement existé ou si il s’agit d’une effrayante légende relayée dans la presse à scandale de l’époque…

grotte-sawney-beansawney-grotte

 

 

 

 

 

Grotte Sawney Bean

Psychose

Le synopsis

Marion Crane en a assez de ne pouvoir mener sa vie comme elle l’entend. Son travail ne la passionne plus, son amant ne peut l’épouser car il doit verser une énorme pension alimentaire le laissant sans sou… Mais un beau jour, son patron lui demande de déposer 40 000 dollars à la banque. La tentation est trop grande, et Marion s’enfuit avec l’argent.
Très vite la panique commence à se faire sentir. Partagée entre l’angoisse de se faire prendre et l’excitation de mener une nouvelle vie, Marion roule vers une destination qu’elle n’atteindra jamais. La pluie est battante, la jeune femme s’arrête près d’un motel, tenu par un sympathique gérant nommé Norman Bates, mais qui doit supporter le caractère possessif de sa mère.
Après un copieux repas avec Norman, Marion prend toutes ses précautions afin de dissimuler l’argent. Pour se délasser de cette journée, elle prend une douche…

L’histoire vraie : Ed Gein

 Ed_GeinDans les années 50 le serial killer Ed Gein n’a cessé d’inspiré le cinéma et notamment Alfred Hitchcock pour le film Psychose… La découverte de ses méfaits : Meurtres, nécrophilie, dépeçage de cadavres etc. a profondément choqué l’Amérique.

Appelé « Le boucher de Plainfield » il a inspiré le film Psychose (1960) mais également Massacre à la tronçonneuse (1974) ou encore Le silence des Agneaux (1991)

Le coeur de l’affaire Ed Gein remonte à la relation dysfonctionnelle qu’il entretient avec sa mère. Né en 1906, il grandit à Plainfield aux côté de son frère Henry, de son père alcoolique George et de sa mère fanatique religieuse Augusta. Pendant toute son enfance, Augusta Gein, instaure un climat d’humiliation et de domination apprenant même à ses fils que les femmes sont des êtres immorales et « des récipients du pêché ». Elle travailla à décourager tout désir sexuel chez ses fils de peur qu’ils n’aillent en enfer… Augusta méprisait également son mari allant jusqu’à prier chaque jour pour que celui-ci meure en invitant ses fils à la rejoindre dans ses prières (bonne ambiance).

Durant leur adolescence les 2 frères furent écarter de tout contact avec les gens de leur âge par leur mère. Néanmoins Ed voua une totale admiration pour sa mère ce qui n’était pas le cas de son frère Henry. Cet isolement se renforça pour Ed lorsqu’il perdit tous les membres de sa famille et en particulier sa mère le 29 décembre 1945. Livré à lui même il ne fera jamais le deuil de sa mère et tenta de la faire revivre en faisant des incantations devant sa tombe. Il se mis ensuite à déterrer des cadavres et découper leurs peaux pour se confectionner un « habit humain ».

En novembre 1957 la disparition de Bernice Worden, propriétaire d’un magasin à Plainfield  fut signalé. Un témoin avait observé Ed Gein rôder autour du magasin à l’heure de sa disparition, les policiers se rendirent alors chez ce dernier. Ils y découvrirent une scène d’horreur : Les rideaux, abat-jour, draps… étaient en peau humaine. Ed Gein conservait également des restes humains dans des bocaux. Le corps de Bernice Worden fut découvert pendu par les pieds à une poutre, décapité, éventré et vidé de ses entrailles. La tête de Mary Hogan, une autre disparue, fut également retrouvée.

Arrêté le jour même, Ed Gein surnommé « le boucher de Plainfield », fut accusé du meurtre de 2 femmes et de mutilation de plusieurs cadavres qu’il avait déterrés. Il était en fait l’auteur de plusieurs autres meurtres mais son procès fut limité par souci d’économie, le Comté de Waushara dont dépend Plainfield n’étant pas riche et ne pouvant s’offrir un procès d’une telle ampleur…

Ed Gein fut interné dans un hôpital psychiatriques situé au sein de la prison de Dodge dans le Wisconsin. Il y mourut en 1984 à 77 ans d’une insuffisance respiratoire.

Sur ces belles histoires, je vous souhaites à tous une bonne nuit, faites de beaux rêves…

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

A lire aussi

8 Comments

  1. gOMAR
    4 mai 2017 at 13 h 32 min - Reply

    J’adore cet article! Je n’ai jamais vu ni Zodiac, ni L’exorcisme d’Emily Rose et je vais y remédier 🙂

    Plein de bisous ma belle

    • Madame Jeliza
      4 mai 2017 at 19 h 31 min - Reply

      Merci ma Gomar ! J’étais sûre que l’article te plairait 😉 Oui c’est une bonne occasion de les visionner ! Bisous

  2. MangoandShamallow
    4 mai 2017 at 19 h 14 min - Reply

    L’histoire d’Anneliese Michel est encore plus effrayante que le film qui s’en est inspiré. L’Église avait vite fait d’expliquer ces phénomènes par l’intervention du Diable mais il est bien sûr plus probable que la jeune fille ait développé une grave maladie mentale. L’Exorcisme d’Emily Rose était plutôt ennuyeux mais je ne dirais pas la même chose de Psychose qui reste un chef d’œuvre. Ed Gein était aussi très perturbé dans un genre bien différent. Annabelle n’est qu’une légende et le film s’est révélé franchement médiocre. Quant à La colline a des yeux, il ne m’a pas laissé un souvenir impérissable, même si certaines séquences sont choquantes.
    Merci pour cet article ! 🙂

    • Madame Jeliza
      4 mai 2017 at 19 h 45 min - Reply

      Merci c’est toujours un plaisir d’avoir des retours sur mes articles 🙂 En effet Psychose est au dessus du lot il n’y a pas photo ! Bonne soirée à toi 🙂

  3. Madagascarian
    5 mai 2017 at 6 h 14 min - Reply

    ah oui ça fait super peur tous ça mais merci pour l’article, je ne le savais pas pour certains films ! 😛

    • Madame Jeliza
      5 mai 2017 at 15 h 43 min - Reply

      Oui en effet certaines histoires font froid dans le dos 😉 Bonne journée et merci pour ton commentaire !

  4. Aurore
    5 mai 2017 at 13 h 45 min - Reply

    Ahah super article ! Glaçant mais bien fait 🙂

    • Madame Jeliza
      5 mai 2017 at 15 h 39 min - Reply

      Merci Aurore 🙂

Laisser un commentaire